Quelques citations au fil du temps


• La pensée n’est rien sans quelque chose qui force à penser, qui fait violence à la pensée. Plus important que la pensée il y a "ce qui donne à penser". Des impressions qui nous forcent à regarder, des rencontres qui nous forcent à interpréter.
Gilles Deleuze

• Tant que nous serons vivants, les morts ne seront pas morts.
Carmen Castillo (épouse de Miguel Enriguez, dirigeant du MIR, assassiné en octobre 1974)

• C'est en Occident que la science est née et s'est développée, et nous ne pouvons pas nous dégager de notre destin. C'est pourquoi notre façon d'accepter l'existence ne peut être qu'une sorte de compromis entre l'appétit de savoir, la conquête laborieuse des connaissances et, par ailleurs, la conviction que, vus de loin ou en nous plaçant à un niveau plus profond, ces efforts sont dépourvus d'un sens dernier. Nous vivons dans la contradiction. Il faut en prendre son parti.
Claude Lévi-Strauss

• La vie donne rarement ce qu’on attendait d’elle. La raison se prononce dans un sens, l’événement solutionne dans l’autre, et l’homme continue gravement à tirer des conclusions et à émettre des pronostics"
Georges Courteline

"Ce qu’il y a de frappant avec la normalité, c’est qu’elle n’a rien de normal. La normalité n’est pas autre chose que la dénomination bourgeoise de la folie ordinaire"
Hanif Kureishi

Pour être confirmée dans mon identité, je dépends entièrement des autres".
La pensée naît d'événements de l'expérience vécue et elle doit leur demeurer liée comme aux seuls guides propres à l'orienter.
Aucune philosophie, aucune analyse, aucun aphorisme, aussi profonds qu'ils soient ne peuvent se comparer en intensité, en plénitude de sens, avec une histoire bien racontée".
Hannah Arendt

Si le langage est, de façon constitutive, intersubjectif (social), et s’il est d’autre part essentiel à l’homme, la conclusion s’impose d’elle-même : l’homme est un être originellement social, qu’on ne saurait réduire à sa dimension biologique sans se priver des traits qui en font un homme ; d’où l’opposition à toute psychologie biologique ou subjective (individualiste).
Il n’existe pas de personnalité biologique abstraite, cet individu biologique qui est devenu l’alpha et l’oméga de l’idéologie contemporaine. Il n’y a pas d’homme hors la société et, par conséquent, hors des conditions socio-économiques objectives. C’est une mauvaise abstraction. La personnalité humaine ne devient historiquement réelle et culturellement productive qu’en tant que partie d’un tout social, dans sa classe et à travers sa classe.
Mikhaïl Bakhtine

Un devenir n’est pas une histoire avec un point de départ et d’arrivée fixes, c’est exactement le contraire de l’identité. Qu’arrive-t-il une fois que l’on découvre ce niveau plus profond des devenirs ? C’est comme si "en dessous de la ’seconde nature’ de nos personnes et de nos identités, il y avait une Vie antérieure potentielle, capable de nous réunir sans supprimer ce qui nous rend singulier.
Gilles Deleuze

Cette action, si je la commets, sera une mauvaise action – mais selon quel point de vue ? Selon mon point de vue personnel ? Mais d’où me vient ce point de vue personnel, sinon de l’opinion de ceux qui m’ont élevé, de mes camarades d’école, des auteurs des livres et des journaux que j’ai lus, des orateurs que j’ai écoutés dans les meetings et des salles de cours ? Si je renonce à cette vision du monde propre au groupe social auquel j’appartenais jusqu’alors, c’est seulement parce que l’idéologie d’un autre groupe social aura investi ma conscience, l’aura envahie et contrainte à reconnaître la légitimité de la réalité sociale qui l’a produite.
Cette action, si je la commets, sera une mauvaise action – cette voix « voix de ma conscience » devrait en vérité faire entendre ceci « Cette action, si tu la commets, sera une mauvaise action selon le point de vue d’autres hommes, qui sont les représentants les plus éminents de la classe sociale à laquelle tu appartiens.
Tzvetan Todorov

Et quoi dire de la solidarité. Je pense à une solidarité qui soit construite par des thérapeutes qui refusent d'établir une distinction tranchée entre leur vie et la vie des autres, qui refusent de marginaliser ces personnes qui cherchent l'aide de thérapeutes qui, eux-mêmes, sont constamment confrontés au fait que, s'ils faisaient face... aux mêmes troubles que les autres, ils ne feraient peut-être même pas aussi bien qu'eux.
Michael White

Si on arrive à savoir ce à quoi les clients donnent de la valeur et les situations relationnelles reliées à cela, on va pouvoir créer une histoire subordonnée. Et ça, ce n’est pas une expérience de la "nature humaine.
Admettons que le comportement dans son sens large constitue les données de la science de l’homme. Mais définir une science par ces données reviendrait à définir la physique comme la théorie de la lecture des appareils de mesure, et si un physicien affirmait : je me consacre à la science de lire les mesures, il n’irait sûrement pas très loin.

Michel Foucault

Le récit est un art profondement populaire. Il s'appuie sur les croyances communes pour dire ce que sont les gens, à quoi ressemble leur univers. Il s'intéresse à ce qui est en péril, ou paraît l'être. Concevoir une histoire, c'est le moyen dont nous disposons pour affronter les surprises, les hasards de la condition humaine, mais aussi pour remédier à la prise insuffisante que nous avons sur cette condition. Les histoires font que ce qui est inattendu nous semble moins surprenant. 
Jerome Bruner

Dernière mise à jour de la page le 01/05/2016  | Haut de page | 842129 pages vues