Introduction

 
Tous les articles de ce site et du Blog sont soumis à un copyright

Article d'Isabelle Laplante
laplante@problemation.com

Nous publions ici en 8 chapitres un écrit d'Isabelle Laplante qui raconte le paysage général des Pratiques Narratives. En aucune façon, cet écrit ne se veut exhaustif ni définitif. Il est ce qu'il est aujourd'hui.

Le titre « Vies Exotiques »
est une référence au livre de Michael White
"Narrative Practice and Exotic Lives :
Resurrecting diversity in everyday life"

"Pratiques Narratives et Vies Exotiques :
la résurrection de la diversité dans la vie quotidienne"



Les « Pratiques Narratives » (ou Méthode narrative) élaborées par Michael White sont une mise en action sur le terrain de la relation d’aide de réflexions issues de la pensée de chercheurs contemporains majeurs : ethnologues et anthropologues comme Edward Bruner, Barbara Myerhoff, Victor Turner ou Clifford Geertz ; psychologues et pédagogues comme Jerome Bruner ou Lev Vytgotski ; philosophes comme Michel Foucault, Gilles Deleuze ou Jacques Derrida ; sociologues comme Pierre Bourdieu ; et d’autres, tels, Paul Ricoeur, Gaston Bachelard, etc. sans oublier une étude attentive et toute particulière des travaux de l’anthropologue Gregory Bateson.

Ainsi le modèle narratif est un espace conceptuel qui fait le lien entre l’anthropologie culturelle américaine, la philosophie critique française et la sociologie d’une part, et des gestes professionnels socio-thérapeutiques d’autre part. Il s’élabore dans la métaphore littéraire.


Quelques notions fondamentales très spécifiques sous-tendent le modèle :
•  Un cadre de référence qui conçoit la vie comme une narration
•  Une conception littéraire de l’identité comme mobile et négociée
•  Une compréhension des problèmes et de leurs effets dans la vie des gens comme le produit d’une relation de domination culturelle
•  Une conduite des conversations qui donne aux gens le statut d’auteur principal
•  Une relation avec les gens fondée sur la collaboration
•  Une méthodologie d’intervention issue de la théorie de l’apprentissage
•  Une dimension éthique et politique

Les gens qui viennent consulter un praticien narratif sont considérés comme les experts de leur propre vie et c’est avec respect que le praticien va engager une conversation déculpabilisante qui pose la personne au centre de la relation. Cette approche considère que les problèmes sont situés à l’extérieur des personnes, comme des personnages avec qui les personnes seraient en interaction contraignante, et que tout un chacun possède des compétences, des valeurs, des croyances, des engagements, une éthique qui le rendent capable de réduire l’influence des problèmes sur sa vie.

Pour mettre en œuvre les pratiques narratives, le praticien s’installe et se maintient, tel un journaliste d’investigation, en état de curiosité. Pour promouvoir une collaboration sincère, il fait preuve d’honnêteté et son engagement éthique le garde de toute complicité avec le pouvoir moderne (1).

S’engager dans une conversation narrative avec une personne, c’est comme commencer un voyage sur des routes qu’on ne connaît pas d’avance, nombreuses, pleines de croisements, de carrefours, de chemins qu’il faut choisir et dont on ne sait pas où ils mènent. A chaque pas, une nouvelle voie peut se présenter et de nouvelles possibilités s’ouvrir. On traverse des paysages inconnus, des territoires inexplorés. Que va-t-on découvrir ? Heureusement, nous avons avec nous de bonnes cartes pour explorer cette Terra Incognita et des guides chevronnés chez les personnes qui consultent.

(Suite...)


NOTE
(1) Cf. infra « Jamais complices du pouvoir moderne », une dimension éthique et politique

Dernière mise à jour de la page le 21/03/2017  | Haut de page | 828998 pages vues